« Tout le monde peut inventer chaque jour »

Personnes

Le terme « innovation » est utilisé aujourd’hui à tort et à travers. Pourtant, tout ce qui est nouveau n’est pas forcément innovant. Christoph Dietrich, Directeur des processus d’innovation depuis le 1er avril 2019, explique le rôle crucial que jouent les « solutions intelligentes » chez tesa.

Text Gunnar von der Geest
dietrich_tesa

Christoph Dietrich, 55 ans, a étudié la physique à Munich et à Heidelberg. Après l’obtention de son doctorat dans les réseaux de neurones optiques, sujet aujourd'hui déterminant pour l’intelligence artificielle, il a été un des six fondateurs de tesa scribos GmbH, créé en 2001. Père de trois fils, il a été Directeur général de cette filiale de tesa pendant 17 ans.

Monsieur Dietrich, vous avez récemment pris le nouveau poste de Directeur des processus d’innovation. Peut-on dire que vous êtes désormais un peu « l’inventeur en chef » des rubans adhésifs ?

Christoph Dietrich (en riant) : C’est ce que mes enfants m’ont aussi demandé. Non, je ne suis pas du tout l’inventeur en chef. Mes principales missions sont de coordonner les processus d’innovation chez tesa en tant que gestionnaire d’interface et de créer une plateforme pour les nouveaux projets. Ceux-ci ne se limitent, d’ailleurs, en aucun cas au développement de produits. L’innovation a lieu à différents niveaux. Par exemple, quand quelqu’un optimise des processus auxquels personne n’avait pensé avant, c’est incroyablement innovant. C’est pour cela que n’importe quel employé peut être un inventeur, ou plus précisément, un « innovateur ». Et cela chaque jour.

Pour vous, une innovation c’est quoi ?

Les innovations sont le résultat d’idées ou d’inventions qui s’imposent sur le marché sous la forme de nouveaux produits, processus ou services, générant une valeur durable. À cet égard, je rejette le terme d’innovation pour qualifier quelque chose qui parait visionnaire au début, mais qui en fin de compte ne se vend pas ou ne crée aucun effet. On peut dire que c’est bien essayé, mais ce n’est pas une réelle innovation.

conversation intense sur l’innovation avec Dietrich

« L’innovation ne concerne pas uniquement le développement des produits. Elle doit avoir lieu à tous les niveaux et résulter d’un travail d’équipe transversal. »

Christoph Dietrich

Diriez-vous que tesa est une entreprise innovante ?

Oui, sans aucun doute ! C’est évident rien qu’en voyant que 500 des près de 5000 employés de tesa dans le monde travaillent dans la recherche et le développement. tesa investit environ 5 % de son chiffre d’affaires annuel dans ce domaine. Nous anticipons les tendances et nous optimisons ainsi que développons en permanence notre portefeuille technologique, en étroite collaboration avec nos clients et nos partenaires extérieurs. Mais tesa peut clairement devenir toujours plus innovant. On peut faire encore beaucoup mieux.

Pouvez-vous donner quelques exemples ? Assembler deux objets semble, à première vue, relativement simple…

C’est ce que l’on pourrait penser. Mais l’assemblage sûr des composants n’est pas tout. Il y a d’autres aspects tout aussi importants. Les rubans adhésifs dans les téléphones mobiles, par exemple, doivent avoir diverses fonctions supplémentaires comme la gestion de la lumière et de la chaleur. Parfois, cela ressemble à la quadrature du cercle de vouloir réconcilier des exigences totalement différentes. Par exemple lorsqu’on ne dispose que d’une surface de collage très étroite mais que le ruban adhésif mousse doit agir comme un amortisseur de chocs.

Comment va évoluer la technologie des rubans adhésifs ?

Nous voyons se développer une tendance vers ce qu’on appelle des rubans adhésifs productifs. Cela veut dire que les rubans n’assurent pas seulement une fonction temporaire avant d’être jetés, non, ils restent dans le produit final pendant toute sa durée de vie, comme par exemple dans une voiture. De plus, la digitalisation a largement atteint l’activité des rubans adhésifs. De nos jours, il ne suffit plus de rendre visite à nos clients avec une mallette remplie d’échantillons. La demande pour des outils et des services numériques connaît une croissance sans précédent. Il est désormais facile d’échanger rapidement des informations et de résoudre un problème avec un partenaire commercial qui se trouve à plusieurs milliers de kilomètres. Dans l’ensemble, l’orientation servicielle et le rythme du marché ont nettement augmenté.

Entretien avec Christoph Dietrich

« Avec nos produits tesa®, nous ne serons jamais les fournisseurs les moins chers sur le marché. Nous avons une longueur d’avance en matière de technologie. »

Christoph Dietrich

Quels sont les défis qu’une multinationale comme tesa doit relever en matière de culture de l’innovation ?

Avec nos 64 filiales, nous avons atteint une taille qui simplifie beaucoup de choses, mais qui les rend à la fois plus difficiles. Pour ce qui est de la culture de l’innovation, nous devons nous assurer que nos structures, qui sont parfois très complexes, ne paralysent pas l’organisation. C’est pourquoi nous avons lancé une initiative d’innovation à grande échelle fin 2017. Dans cette optique, c’est aussi une des mes missions de créer les meilleures conditions possibles pour un travail agile. C’est quelque chose que recherchent les collègues qui veulent repousser sans cesse les limites de la technologie adhésive et développer des produits innovants.

Merci pour cet entretien, et bonne chance dans votre nouveau poste.